A cette occasion Valéry Manirakiza, Président de la FBJ a tenu une conférence de presse le Mercredi 30 Mars 2011, où il a rappelé la phase de développement du Judo burundais :


Mesdames, Messieurs chers journalistes,
Auguste assemblée présente ici,
Bonjour 

Je profite de cette occasion unique de remise officielle des ordonnances ministérielles d’agrément des premiers clubs de judo qui ont manifesté leur volonté de se conformer à la nouvelle loi sur le sport au Burundi pour  informer l’opinion tant national qu’international le progrès du judo au Burundi ainsi que son processus irréversible de développement.



 La fédération burundaise a été créé en 1991 et jusqu’en 2006, elle avait pratiquement quatre clubs seulement dans le milieu aisé de Bujumbura comme à l’Entente sportive de Bujumbura, dans le quartier asiatique et à l’école française de Bujumbura et à l’université. Le judo était présent dans les lieux réserves au plus nantis au détriment des jeunes des quartiers populaires et de l’intérieur du pays qui, eux aussi, ont des talents comparables ou même supérieur à celles des jeunes des quartiers aisés. En deux mille six,  le comité exécutif actuel a été élu au commande  de la FBJ avec objectif principal de rendre le judo un sport pour tous, un sport pour les riches et les pauvres, donc, un sport sans discrimination.


Actuellement 13 clubs de Judo, au lieu de 4 seulement en 2006

 
Actuellement, ce rêve de 2006 s’est déjà réalisé car nous avons 13 clubs de judo dans cinq provinces (Bujumbura mairie, Bujumbura rural, Bubanza, Cibitoke et Ngozi) et dans les quartiers populaires de Bujumbura comme Kinama.
Ce résultat est la combinaison de plusieurs activités de développement  qui se faisaient depuis 2006 à la vue de tout le monde grâce à des stages, à la recherche et à la distribution des tatamis et même des kimonos aux clubs. Aujourd’hui, c’est la matérialisation officielle de notre objectif et le couronnement des efforts de tous les judokas et les partenaires spécialement la ligue d’Alsace de Judo qui ont travaillé jours et nuits sans relâche. Je profite de cette occasion pour remercier la contribution de tout un chacun.

Agrément par Ordonnance Ministérielle de 9 clubs de Judo sur 13 existants


Conférence de presse, 30 Mars 2011

Conformément à la nouvelle loi sur le sport portant réorganisation et promotion des activités sportives au Burundi; vues les requêtes introduites par les représentants légaux des clubs; les clubs ci-dessous ont été agrées pour réaliser les activités sportives en tant que telle : 

-          TORI judo club de Bujumbura
-          Muzinga judo club de Bujumbura
-          Don Bosco judo club de Ngozi
-          TURIKUMWE judo club de Bujumbura
-          Gihanga judo club de Bubanza
-          Cibitoke judo club de Cibitoke
-          Saint-André judo club de Bujumbura
-          Ntare judo club de Bujumbura
-         Ippon judo club de Bujumbura





Nous Prônons Toujours la Progression

C’est également une occasion qui m’est offerte pour démentir certaines opinions qui disent que la FBJ compte seulement quatre Clubs au lieu de 13 clubs. Ceux qui propagent cette opinion ont fait un revirement car à l’origine la préoccupation première et commune était de procurer un tatami et des kimonos à chaque club déjà existant, chose faite, puisque à tous les anciens clubs, nous avons fournis des surfaces (tapis) flambant neufs. 

Le Comite Exécutif  a informé avoir reçu plusieurs requêtes d’affiliation de nouveaux clubs en bonne et du forme ; auxquelles  nous avons répondu favorablement de commun accord après formalités d’usage.
Paradoxalement, après la fin de la procédure, nous nous indignons de constater qu’au lieu d’être fier de la progression  de leurs anciens élèves et féliciter la F.B.J.pour avoir pu fournir à tous ces clubs naissants tatamis et kimono, ils nourrissent un sentiment d’amertume et d’anxiété, et éprouvez du dédain envers leurs  anciens élèves ! 

Auraient-ils préféré qu’une fois leurs clubs biens servis ; nous nous arrêtions là ? Et la logique de développement naguère prônée ! Et les surfaces que nous continuons de solliciter et obtenir de nos partenaires étrangers, devrions-nous les stocker malgré le potentiel de jeunes pratiquants que compte notre pays ?
Si cela aurait été comme ça, qu’est ce que les organes dirigeant de la FBJ auraient-ils fait pendant les quatre ans qui viennent de s’écouler. Les clubs que compte la FBJ sont au nombre de 13 clubs affiliés, seulement 9 clubs ont déjà eu leurs ordonnances d’agrément et nous attendons les clubs de Rukinzo judo club, Entente sportive judo club, Ingabo judo club et Rumuri judo club pour qu’ils se conforment eux aussi à la nouvelle loi. Nous les encourageons à le faire aussi vite que possible.



Offrir à la jeunesse burundaise un grand épanouissement


Pour nous avec ces agréments, c’est le début d’un vent de développement qui souffle et qui ne doit pas s’arrêter. Grâce à la multiplication des clubs, le judo est et sera une discipline communautaire et la détection des talents sera faite même dans les coins les plus reculés du pays. C’est aussi un élan de renforcement du Judo Burundais face au judo des autres pays. Au-delà de la place actuelle qu’occupe le Judo burundais dans la l’East Africa judo association, dans l’UAJ et dans la FIJ, je suis sûr que, dans l’avenir, le judo burundais sera plus présent partout et  qu’en organisant plus de compétitions nationales ; cela apportera de bons résultats lors des compétions internationales et ferra honneur à notre pays.

Pour rappel, nous détenons la 5ème place en Afrique dans la catégorie masculine de -90 kg de moins 20 ans et la 7ème place dans la catégorie de -52 kg chez les filles de moins de 20 ans. Egalement, le judo burundais est présent dans toutes les instances internationales de judo que çe soit dans l’East Africa judo association, dans l’union Africaine de judo et même dans les instances de la Fédération internationale de judo. J’interpelle tout le monde pour œuvrer dans ce sens afin d’offrir à toute la jeunesse burundaise un grand épanouissement à travers la pratique du judo. Au cas contraire, les intérêts de la Jeunesse ne sauraient être sacrifiés au profit des intérêts personnels et individualistes.

Vive le judo
Vive la Fédération burundaise de judo
Je vous remercie


© FBJ | Webmaster | Mentions Légales | Offert par 2exVia avec MasterEdit® | Graphisme Nico Messner